la saison les spectacles

Du 13 au 14 janv.  20H30
Grand Théâtre
durée 1h20 sans entracte

Le chorégraphe star Angelin Preljocaj repousse un peu plus encore les limites de son art avec cette pièce touchée par la grâce : une exploration du thème de la gravité, par treize danseurs. Un chef-d’œuvre absolu !

Composant tour à tour des pièces issues de recherche pure et des ballets plus narratifs, Angelin Preljocaj revient, avec Gravité, à une nouvelle forme d’abstraction. Il s’attaque ici à l’impalpable, l’attraction entre des masses, et propose des variations dansées, du solo aux grands ensembles, qui défient les lois de la pesanteur. La lenteur, la vitesse, la force, la lourdeur et la légèreté sont autant de contraintes dont s’emparent avec brio les danseurs du ballet.
Dans une succession de 8 univers qui traversent les siècles, on passe avec bonheur de scènes inspirées de la danse classique à des séquences plus contemporaines, tout cela sur des musiques de Bach, Philip Glass, Chostakovitch ou Daft Punk. Jusqu’à l’apothéose finale, dont on garde la surprise !

La scénographie, sobre à l’extrême, les costumes, noirs ou blancs, et l’ombrageuse lumière du magicien Eric Soyer, fidèle collaborateur de Joël Pommerat, laissent toute la place au mouvement à l’état pur, à ces corps qui, débarrassés de leurs artifices, tentent de se libérer de leur poids.

Preljocaj compare son écriture chorégraphique à « l’artisanat furieux », dont parle René Char à propos de la poésie : « l’artisanat pour la méticulosité, et la furia pour la passion poétique. » Avec son épure, sa maîtrise technique absolue et son langage sophistiqué et fluide, Gravité rassemble assurément les deux.

Le chorégraphe star Angelin Preljocaj repousse un peu plus encore les limites de son art avec cette pièce touchée par la grâce : une exploration du thème de la gravité, par treize danseurs. Un chef-d’œuvre absolu !

Composant tour à tour des pièces issues de recherche pure et des ballets plus narratifs, Angelin Preljocaj revient, avec Gravité, à une nouvelle forme d’abstraction. Il s’attaque ici à l’impalpable, l’attraction entre des masses, et propose des variations dansées, du solo aux grands ensembles, qui défient les lois de la pesanteur. La lenteur, la vitesse, la force, la lourdeur et la légèreté sont autant de contraintes dont s’emparent avec brio les danseurs du ballet.
Dans une succession de 8 univers qui traversent les siècles, on passe avec bonheur de scènes inspirées de la danse classique à des séquences plus contemporaines, tout cela sur des musiques de Bach, Philip Glass, Chostakovitch ou Daft Punk. Jusqu’à l’apothéose finale, dont on garde la surprise !

La scénographie, sobre à l’extrême, les costumes, noirs ou blancs, et l’ombrageuse lumière du magicien Eric Soyer, fidèle collaborateur de Joël Pommerat, laissent toute la place au mouvement à l’état pur, à ces corps qui, débarrassés de leurs artifices, tentent de se libérer de leur poids.

Preljocaj compare son écriture chorégraphique à « l’artisanat furieux », dont parle René Char à propos de la poésie : « l’artisanat pour la méticulosité, et la furia pour la passion poétique. » Avec son épure, sa maîtrise technique absolue et son langage sophistiqué et fluide, Gravité rassemble assurément les deux.


Chorégraphie Angelin Preljocaj / Avec les danseurs du Ballet Preljocaj / Musique Maurice Ravel, Johann Sebastian Bach, Iannis Xenakis, Dimitri Chostakovitch, Daft Punk, Philip Glass, 79D / Costumes Igor Chapurin / Lumières Éric Soyer / Assistant, adjoint à la direction artistique Youri Aharon Van den Bosch / Assistante répétitrice Cécile Médour / Choréologue Dany Lévêque

Production Ballet Preljocaj / Coproduction Chaillot - Théâtre national de la Danse - Paris, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Biennale de la danse de Lyon 2018, Grand Théâtre de Pro-vence, Scène Nationale d’Albi, Theater Freiburg (Allemagne) / Résidence de création Grand Théâtre de Provence / Le Ballet Preljocaj - Centre Chorégraphique National est subventionné par le Ministère de la culture et de la communication - DRAC PACA, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône, la Métropole Aix-Marseille Provence - Territoire du Pays d’Aix et la Ville d’Aix-en-Provence. Il bénéficie du soutien du Groupe Partouche - Casino Municipal d’Aix-Thermal, des particuliers et entreprises mécènes ainsi que des partenaires / Photo © Jean-Claude Carbonne
Chorégraphie Angelin Preljocaj / Avec les danseurs du Ballet Preljocaj / Musique Maurice Ravel, Johann Sebastian Bach, Iannis Xenakis, Dimitri Chostakovitch, Daft Punk, Philip Glass, 79D / Costumes Igor Chapurin / Lumières Éric Soyer / Assistant, adjoint à la direction artistique Youri Aharon Van den Bosch / Assistante répétitrice Cécile Médour / Choréologue Dany Lévêque

Production Ballet Preljocaj / Coproduction Chaillot - Théâtre national de la Danse - Paris, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Biennale de la danse de Lyon 2018, Grand Théâtre de Pro-vence, Scène Nationale d’Albi, Theater Freiburg (Allemagne) / Résidence de création Grand Théâtre de Provence / Le Ballet Preljocaj - Centre Chorégraphique National est subventionné par le Ministère de la culture et de la communication - DRAC PACA, la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône, la Métropole Aix-Marseille Provence - Territoire du Pays d’Aix et la Ville d’Aix-en-Provence. Il bénéficie du soutien du Groupe Partouche - Casino Municipal d’Aix-Thermal, des particuliers et entreprises mécènes ainsi que des partenaires / Photo © Jean-Claude Carbonne

Angelin Preljocaj est né en 1957 de parents albanais. Il débute des études de danse classique avant de se tourner vers la danse contemporaine. Il travaille successivement auprès de Zena Rommett, Merce Cunningham et Dominique Bagouet avant de créer sa propre compagnie en 1984. Il a chorégraphié depuis 53 pièces, du solo aux grandes formes, avec, entre autres, Noces (1989), Les 4 saisons (2005) ou encore Blanche Neige (2008).

Angelin Preljocaj est né en 1957 de parents albanais. Il débute des études de danse classique avant de se tourner vers la danse contemporaine. Il travaille successivement auprès de Zena Rommett, Merce Cunningham et Dominique Bagouet avant de créer sa propre compagnie en 1984. Il a chorégraphié depuis 53 pièces, du solo aux grandes formes, avec, entre autres, Noces (1989), Les 4 saisons (2005) ou encore Blanche Neige (2008).


Grand Théâtre
durée 1h20 sans entracte

Actus

En images