la saison les spectacles

mar. 19 oct.  20H30
Grand Théâtre
durée 1h15 sans entracte

Wilhem Latchoumia, pianiste à l’aura internationale encensé par les plus grands compositeurs d’aujourd’hui, partage la scène avec Mario Canonge, l’un des principaux artisans du jazz caribéen. La rencontre inédite de deux virtuoses solaires.

L’un est un artiste aussi iconoclaste que le sont ses programmes de concert, constamment en quête d’associations insolites, c’est Wilhem Latchoumia. L’autre est jazzman et figure de proue du renouveau de la musique antillaise, reconnu tant pour ses talents de pianiste que pour ses compositions riches et originales : c’est Mario Canonge. Le duo aventureux et charismatique nous offre un récital jubilatoire autour du compositeur guadeloupéen du XVIIIe Saint-George, de Darius Milhaud, de Louis Moreau Gottschalk ou encore Thierry Pécou, figure musicale contemporaine.

Singulier pianiste que Wilhem Latchoumia qui sert la création contemporaine et le grand répertoire avec autant de bonheur. Concevoir des programmes sortant des sentiers battus, telle est la signature du musicien français, qui marque les esprits par sa capacité à instaurer d’emblée une profonde connivence avec le public. Sa rencontre avec Mario Canonge, qui partage avec lui à la fois la culture caribéenne et le goût pour l’éclectisme, est la promesse d’un grand moment de créativité.

Wilhem Latchoumia, pianiste à l’aura internationale encensé par les plus grands compositeurs d’aujourd’hui, partage la scène avec Mario Canonge, l’un des principaux artisans du jazz caribéen. La rencontre inédite de deux virtuoses solaires.

L’un est un artiste aussi iconoclaste que le sont ses programmes de concert, constamment en quête d’associations insolites, c’est Wilhem Latchoumia. L’autre est jazzman et figure de proue du renouveau de la musique antillaise, reconnu tant pour ses talents de pianiste que pour ses compositions riches et originales : c’est Mario Canonge. Le duo aventureux et charismatique nous offre un récital jubilatoire autour du compositeur guadeloupéen du XVIIIe Saint-George, de Darius Milhaud, de Louis Moreau Gottschalk ou encore Thierry Pécou, figure musicale contemporaine.

Singulier pianiste que Wilhem Latchoumia qui sert la création contemporaine et le grand répertoire avec autant de bonheur. Concevoir des programmes sortant des sentiers battus, telle est la signature du musicien français, qui marque les esprits par sa capacité à instaurer d’emblée une profonde connivence avec le public. Sa rencontre avec Mario Canonge, qui partage avec lui à la fois la culture caribéenne et le goût pour l’éclectisme, est la promesse d’un grand moment de créativité.


Œuvres de Darius Milhaud, Louis Moreau Gottschalk, Chevalier de Saint-George, Thierry Pécou / Avec Wilhem Latchoumia piano et Mario Canonge piano

Photo Wilhem Latchoumia © Anthony Arquier / Photo Mario Canonge ©Patrick Sorrente
Œuvres de Darius Milhaud, Louis Moreau Gottschalk, Chevalier de Saint-George, Thierry Pécou / Avec Wilhem Latchoumia piano et Mario Canonge piano

Photo Wilhem Latchoumia © Anthony Arquier / Photo Mario Canonge ©Patrick Sorrente

Pianiste lyonnais d’origine martiniquaise, Wilhem Latchoumia a tenté des études en Maths Sup avant de s’orienter durablement vers la musique et le piano. Une bonne idée de toute évidence puisqu’il reçoit à l’unanimité du jury la médaille d’or du Conservatoire National de Lyon, puis se voit Lauréat de la Fondation Hewlett-Packard « Musiciens de demain », sans oublier ses prix au Concours international de piano d’Orléans.

Au fil des albums et des concerts au sein des institutions les plus prestigieuses, Wilhem Latchoumia poursuit son ascension vers les sommets des musiques classique et contemporaine. « J’ai toujours cette curiosité pour la musique. Je ne reste pas forcément dans le répertoire de ce qui a été joué. Je suis un peu comme un chercheur fasciné par sa matière, j’essaie de voir comment les choses avancent ».

Né en Martinique, à Fort-de-France, Mario Canonge s’initie au piano pendant son adolescence avant de faire des études de musique à Paris. Il commence par jouer de la musique latine puis crée le groupe de jazz-rock-fusion Ultramarine. En groupe ou en solo, il s’illustre dans plusieurs genres musicaux, du jazz à la salsa en passant par le zouk. Son premier album solo, Retour aux sources (1991), est marqué par la musique de ses racines, la mazurka, la biguine mélangée au jazz et au zouk. Il participe à la création et joue dans plusieurs groupes : Sakiyo, Kann’, Sakésho… Bien que compositeur de musique caribéenne, il se tourne délibérément vers le jazz avec l’album Rhizome (2004) ; aux cotés de Linley Marthe et Chander Sardjoe, il joue le répertoire de Rhizome dans le monde entier. Il confirme cette orientation jazz avec Mitan (2011). Dans Zook Out (2018), il propose sa relecture jazz de l’apport du zouk à la culture musicale antillaise.

Pianiste lyonnais d’origine martiniquaise, Wilhem Latchoumia a tenté des études en Maths Sup avant de s’orienter durablement vers la musique et le piano. Une bonne idée de toute évidence puisqu’il reçoit à l’unanimité du jury la médaille d’or du Conservatoire National de Lyon, puis se voit Lauréat de la Fondation Hewlett-Packard « Musiciens de demain », sans oublier ses prix au Concours international de piano d’Orléans.

Au fil des albums et des concerts au sein des institutions les plus prestigieuses, Wilhem Latchoumia poursuit son ascension vers les sommets des musiques classique et contemporaine. « J’ai toujours cette curiosité pour la musique. Je ne reste pas forcément dans le répertoire de ce qui a été joué. Je suis un peu comme un chercheur fasciné par sa matière, j’essaie de voir comment les choses avancent ».

Né en Martinique, à Fort-de-France, Mario Canonge s’initie au piano pendant son adolescence avant de faire des études de musique à Paris. Il commence par jouer de la musique latine puis crée le groupe de jazz-rock-fusion Ultramarine. En groupe ou en solo, il s’illustre dans plusieurs genres musicaux, du jazz à la salsa en passant par le zouk. Son premier album solo, Retour aux sources (1991), est marqué par la musique de ses racines, la mazurka, la biguine mélangée au jazz et au zouk. Il participe à la création et joue dans plusieurs groupes : Sakiyo, Kann’, Sakésho… Bien que compositeur de musique caribéenne, il se tourne délibérément vers le jazz avec l’album Rhizome (2004) ; aux cotés de Linley Marthe et Chander Sardjoe, il joue le répertoire de Rhizome dans le monde entier. Il confirme cette orientation jazz avec Mitan (2011). Dans Zook Out (2018), il propose sa relecture jazz de l’apport du zouk à la culture musicale antillaise.


Grand Théâtre
durée 1h15 sans entracte

Actus

En images